Qui suis-je?

Mon nom savant est « Apis mellifera mellifera ».
Il y a 20 000 espèces d’abeilles dans le monde, dont certaines remontent au temps des dinosaures. Mon histoire à moi, l’Abeille noire, a commencé il y a très, très longtemps : 1 million d’années, en Europe. Et je n’ai cessé de m’adapter au climat, au terrain, et cela jusqu’à aujourd’hui. Je suis vive, frugale et résistante. Et même parfois un peu indocile, parce qu’il ne faut pas oublier que je suis restée un tantinet sauvage.

Ma vie au fil des saisons :
le plus difficile pour moi, c’est l’hiver. Je ne peux pas sortir à l’air libre car, dès 10°, je ne supporte plus le froid. Je reste ainsi de longs mois dans le noir de ma ruche.

Arrive enfin le printemps ! Toutes les abeilles reprennent une vie active de butineuses, voletant autour des arbres fruitiers en fleurs. Aux heures les plus chaudes, je récolte le pollen orange sur les ajoncs de Belle-Île, puis, quelques semaines plus tard, sur les fleurs des prunelliers et les saules. La période la plus intense de ma ruche commence. Et la reine va commencer à pondre !

C’est à partir du mois de mai que mon activité devient très intense car tous les prés et les jardins de l'île sont en fleurs : ajoncs, romarins, géraniums, ronces, roses pimprenelles, echiums géants, troënes, etc., un vrai festin !

Puis c'est l’été, avec la corvée d’eau à ne pas négliger ! Il faut environ cinq litres d’eau par jour pour la ruche : pour boire, mais aussi pour rafraîchir l’atmosphère intérieure en humectant les rayons.
J’aspire l’eau de pluie sur les plantes, ou au bord des flaques. Je récupére aussi les petites gouttelettes qui se forment à l’extrémité des feuilles quand l’humidité du sol est trop élevée : cela s’appelle la guttation. Cette eau est riche en protéines, sels minéraux et sucres. Mais gare à moi si les plantes sont devenues toxiques à cause de pesticides, ou autres traitements agricoles néfastes, qui se retrouvent dans ces petites gouttelettes...

Ma famille

famille cadre

Je vis dans une famille très organisée, respectant des habitudes bien précises connues de nombreux spécialistes qui nous étudient depuis longtemps.
De loin vous pourriez penser que toutes les abeilles de la ruche sont identiques, et non ! Nous sommes réparties en trois catégories, avec des fonctions bien spécifiques pour chacune d’elles :
1) la reine,
On pourrait aussi bien l’appeler la « mère », car c’est elle qui pond tous les oeufs, de jour comme de nuit, du mois de janvier au mois de septembre ! des millions d’oeufs !

reine table ronde transp
2) les mâles, appelés Faux-Bourdons,
Ils sont entre 3 000 et 4 000. Seulement quelques-uns pourront féconder la reine, ce qui est leur seul rôle.

faux bourdon transp
3) les ouvrières,
Vraiment très nombreuses, plus de 45 000, et c’est une chance car elles ont à faire un travail colossal...
Dès sa naissance chaque abeille est programmée pour exécuter des tâches bien précises, et dans un ordre déterminé. Au cours de sa courte vie, pas plus de cinq à six semaines, elle exercera 6 métiers différents.